B.B.E | Dj Fred & Arnold T | Daft Punk | Moby | FatBoy Slim | Prodigy
Matmatah | Louise Attaque | Manu Chao | Marcel et son Orchestre || Gérald De Palmas | Calogero | Yann Tiersen | Dido
Page d'Accueil || Moteur de Recherche || Le Webmaster | Mes Liens

Paroles - Disez Pas Sans L'Sachant


Body's Building Stewball Pépé et Mémé La grosse Madame


Achète l'album au meilleur prix chez nos sponsors !!!

Body's Building :


300 mots d’vocabulaire Canon méga giga d’enfer On est jeunes et on est super Youpi vive Ophélie Winter Perds pas ton temps à réfléchir Tu t’prends la tête tu t’fais souffrir Ce soir on va rire et danser Prends un soda et laisse aller C’est le règne de la classe mannequin De la gonflette et des minettes Gaffe à ton poids, voilà la loi Ou casses toi d’là, pas beau, gros tas Refrain Body body body body’s building C’est l’apparence qui mène la danse Body body body body’s building Les connes s’affolent Elles sont en transe T’as le devoir d’être branché Sapé comme vu à la télé Tes chansons sont toutes nulles à chier Mais ça passe si tu sais poser Pas question avec des sandales D’afficher un ton radical Pour être crédible être écouté Enfile tes pompes de chantier Refrain C’est le monde des panoplies Jeune et jolie conne comme Barbie L’important c’est qu’tu représentes Militante de la force de vente Si tu sonnes creux fais l’ténébreux Prends l’air méchant sois menaçant L’air investi donne aux pigeons Un ticket pour la boîte à con




Stewball :


On n’était pas copain C’était juste un voisin Nos mères se connaissaient Alors on se voyait Tout l’temps y v’nait sonner Disait « copain y joue ? » Il nous suivait partout On s’cachait pour l’semer Il était faible et mou Aurait tendu l’aut’joue C’est donc lui qui prenait Quand les grands nous tapaient Il pleurait à sa mère Elle venait voir la mienne Je devais m’excuser Je pensais j’me vengerai Refrain Se lla maba Podevin (Il s'appelait Podevin) Lo lla maban podebrin (On l'appelait podebrin) Nunca tuvo suerte (Il a jamais eu d'bol) Lo lla maban Stewball (On l'appelait Stewball) On rentrait pas chez lui On restait dans l’entrée L’était pas dégourdi Sa mère f’sait ses lacets Puis c’était con chez lui Z’allaient pas au salon Sauf quand ils recevaient Pour les grandes occasions Il était tellement chiant Qu’on devenaient méchants On baissait son survêt’ On tirait sa quéquette L’était mauvais au foot C’était vraiment un’croute On tirait des boulets On visait dans son nez Refrain Sur toutes ses affaires Il écrivait son nom Et ça nous énervait Alors on lui cassait Un jour même qu’il est mort Ca m’a même pas rien fait J’ai fait semblant de pleurer Parce que quand même Refrain



Pépé et Mémé :


Comme mes parents y travaillaient Ben le mercredi moi j’allais Tout content chez Mes grands parents Pour y consommer du bon temps Pépé me racontait sa guerre Mémé elle faisait des desserts Puis on montait dans le camion On allait siffler du baron Puis on rentrait à la maison Allumer la télévision Y avait les chiffres et puis les lettres Pépé comptait faux dans sa tête Pépé le vin c’est sa boisson Y a rien d’tel pour Vous mettre d’aplomb D’aplomb ça rime avec baron Avec remets moi ça Gaston Quand pépé il était torché Il voulait tripoter mémé Mémé qu’était pleine de principes Lui aurait pas mis la main dans l’slip C’est l’cancer qui a tué pépé Mémé r’grette d’avoir refusé Malgré qu’elle soit ménoposée Elle aimerait encore y passer J’suis pas l’dernier à rendre service J’veux bien céder à ses caprices Mais comme elle paye en anciens francs Avouez qu’c’est pas encourageant Papa qu’est pas intéressé Serait quand même bien moins inquiet Si le nouveau jules à mémé Laissait sa r’traite avant d’clamser Il reste alors le thé dansant Mémé y retrouve ses vingt ans Espérant un jour rencontrer Un vieux qui puisse encore bander



La grosse Madame :


Elle respire très fort Dès qu’elle fait un effort Elle a les pieds enflés Ca l’empêche de marcher Pour sortir de sa voiture C’est toute une aventure Pendant les fortes chaleurs Elle a des traces de sueur La grosse madame... Elle a du dire : dégage ! Aux cabines d’essayages Et par correspondance Commander à distance Dans ses doubles rideaux Elle s’est fait un pancho Et puis dans son duvet Un charmant p’tit gilet La grosse madame... J’avais dit aux poteaux J’vais chasser le cachalot Mais la nuit fut si bien Que j’ai d’mandé sa main On sait que ça fait jaser Nous ça nous fait marrer Tous ces branchés coincés Qui jouent les libérés La grosse madame... Ils disent qu’on est salace Dans des bains de Slim Fast Scotchés devant la télé On f’rait qu’à s’empifrer Ces boeufs dans leur pature Nous veulent contre nature Quand tout nus sous la couette On fait des galipettes La grosse madame...


Retour
© Tecknorganik 2007
Fontes & Photos © François Menu